Responsabilisons la grande distribution

Le mardi 21 avril 2009

Il est grand temps de responsabiliser la grande distribution française, premier diffuseur de déchets en France, en Picardie et dans l’Oise !

Pour Noël 2008, Alerte aux déchets a fait le voeu que la grande distribution isarienne devienne responsable et participe à l’effort collectif de réduction des déchets non triés...

Que ceux qui n’ont pas encore équipé leurs magasins et leurs parkings de bacs et conteneurs de collecte le fassent sans tarder, au moins pour combler leur retard accablant par rapport aux distributeurs allemands, néerlandais et scandinaves !

A ce jour, l’effort est resté vain, puisque le courrier, adressé aux 50 plus grandes surfaces de distribution alimentaire de l’Oise n’a pas reçu la moindre réponse !

Qu’on se le dise, les distributeurs de l’Oise ont décidé de ne faire aucun effort et de faire financer par les impôts locaux la totalité des coûts liés à la gestion des déchets issus de leurs magasins. Cela ne peut plus durer !

Plutôt que de réduire les emballages inutiles et d’inciter les gens à trier, à déposer ou à rapporter en entrée de magasin les emballages et suremballages, nos gérants d’hypers et supermarchés préfèrent que la consommation de masse batte son plein, que tout reste à la maison et soit ramassé devant chaque immeuble ou maison par des flottes de camions financées par l’impôt !
Les entreprises qui vivent de la gestion des déchets ne se plaignent pas. Mais les contribuables n’ont-ils pas d’autres idées pour gérer la dépense publique d’une commune ou d’une communauté de communes ??!

La grand distribution est le premier diffuseur d’emballages et de déchets : elle nous pousse à acheter toujours plus en magasin, à ramener à la maison toujours plus de marchandises et d’emballages à la durée d’utilisation toujours plus courte. Après les achats, ce n’est pas fini, il faut encore payer, puisque les impôts vont payer :

- les conteneurs de poubelle et la collecte à domicile des déchets triés,
- la séparation en centre de tri des déchets triés, par famille de matière première, puis leur regroupement pour acheminement vers les filières de recyclage,
- la collecte des déchets non triés,
- leur gestion par enfouissement ou par incinération,
- la gestion des produits toxiques issus de l’incinération : l’enfouissement des mâchefers d’incinération en décharge de déchets dangereux ou en sous-couche routière, l’enfouissement en décharge de déchets dangereux des résidus de fumées d’incinération.

Quelle réussite !

Ne serait-il pas plus simple, lorsque les paniers et caddies sont vides, de ramener dans des bacs ou conteneurs, en entrée de magasin ou sur les stationnements, la plus grande quantité possible d’objets et matières qu’on y a acheté et dont on n’a plus besoin ?

Plutôt que de faire enlever nos déchets par des camions poubelles qui passent devant la maison ou l’immeuble plusieurs fois par semaine, prenons l’habitude de ramener un maximum de déchets triés et recyclables là où on les a achetés. Le point de vente doit aussi être le point de collecte naturel pour le recyclage des matières


imprimer cet article
Imprimer cet article